Aller au contenu

Fausses croyances et faits

Fausses croyances et faits

Le vrai du faux

Les superstitions, les stratégies et les calculs mathématiques ne permettent pas d’attirer la chance ni d’augmenter les probabilités de gagner;  chose certaine, ils renforcent notre illusion de contrôle.

Fausse croyance :« J’ai un rituel avant chaque séance de jeu. Il me porte chance. »

Fait : Avoir un rituel ou un porte-bonheur ne permet pas d’améliorer ses chances de gagner. Vous en avez? Gardez-les si ça vous chante, mais prenez-les avec un grain de sel et sachez en rire… Le but, c’est de vous divertir!

 Exemples de rituels 

  • Souffler sur les dés avant de les lancer
  • Jouer toujours à la même machine
  • Jouer à une machine uniquement un jour précis de la semaine
  • Porter une épinglette « chanceuse »
  • Répéter les mêmes gestes avant d’appuyer sur le bouton Jouer
  • Toucher du bois avant de jouer.

Fausse croyance :« Si j’analyse correctement le jeu, je peux en prévoir le résultat. »

Fait : Laissez vos stratégies à la maison! Il est impossible de prédire le résultat d’un jeu de hasard. La plupart répondent à la loi de l’indépendance des tours : chaque tirage et chaque tour sont indépendants des précédents et des suivants.

Fausse croyance :« À la loterie, je dois choisir la même sélection à chaque tirage pour augmenter mes probabilités de remporter le gros lot. »

Fait : Il n’y a aucune façon d’influencer le résultat des tirages à la loterie. Il est déterminé par le hasard. Chaque numéro a la même chance d’être tiré à chaque tirage, qu’il s’agisse d’un numéro composé de chiffres identiques (111111) ou tous différents (824739).

Fausse croyance : « Il ne faut pas que j’arrête de jouer; ma chance va tourner et je vais récupérer l’argent perdu. »

Fait : Les machines à sous et les appareils de loterie vidéo possèdent un générateur de nombres aléatoires. C’est une puce électronique qui génère des milliers de combinaisons par seconde, qu’on soit ou non en train de jouer. Cette puce garantit que les résultats sont le fruit du hasard.

Exemple : Imaginons un sac contenant 999 999 billes blanches et 1 bille rouge. Pour gagner le gros lot, il faut piger la bille rouge. Chaque fois qu’une bille est pigée, elle est remise dans le sac avant le prochain tirage. La probabilité de piger la bille rouge est donc de 1 sur 1 000 000 à chaque partie jouée. Le nombre de parties jouées n’y change rien. Ce principe s’applique aux machines à sous et aux appareils de loterie vidéo. Il est donc impossible de prévoir quand une machine paiera.

Fausse croyance : « J’ai presque gagné! Je sens que ça s’en vient. Je vais gagner le gros lot aux prochains tours. »

Fait : Vous gardez espoir, c’est très bien, ça fait partie du plaisir. Mais attendez-vous quand même à perdre. Vous n’avez pas plus de probabilités de gagner à la première partie qu’à la dixième. La probabilité de gagner un gros lot reste la même à chaque tirage et à chaque tour.

Ne cherchez pas non plus une logique dans les séquences de symboles. Obtenir plusieurs fois une série de symboles (par exemple, des cerises ou des cloches) où il n’en manque qu’un pour gagner le gros lot ne signifie pas qu’on le gagnera bientôt. Aux machines, on perd ou on gagne. On ne passe jamais près de gagner.

Au Québec : Les machines à sous et les appareils de loterie vidéo sont programmés pour conserver environ 8 % des sommes misées par l'ensemble des joueurs. À long terme, un joueur perd en moyenne 8 % de chaque dollar misé. Si vous pariez 100 $, attendez-vous à perdre environ 8 $. Si vous pariez les 92 $ restants, vous perdrez encore un peu plus de 7 $. Un joueur qui continue à miser finit par perdre ses 100 $. Au cours d’une séance de jeu (donc à court terme), les choses ne se déroulent pas comme ça. L’avantage de la maison se voit à long terme et non à chaque mise.

Fausse croyance : « Si je joue à plus d’une machine à la fois, j’augmente mes chances de gagner. »

Fait : Oui, les probabilités de gain augmentent en jouant à plus d’un appareil à la fois. Par contre, l’argent dépensé et les pertes qui s’ensuivent augmentent aussi. Rappelez-vous que plus vous jouez, plus vous risquez de perdre de l’argent.

Fausse croyance :« Au poker, la probabilité d’obtenir une paire d’as est de 1 sur 221. Comme j’ai joué 200 mains, cela ne saurait tarder. »

Fait : À chacune des mains, vous avez 1 chance sur 221 d’avoir une paire d’as. Cela ne veut pas dire que vous aurez une paire d’as à la 221e main.

Cette probabilité s’observe sur des milliers de parties jouées. Puisque les cartes sont mélangées et distribuées au hasard, dans les faits, un joueur pourrait avoir une paire d’as dès sa première main ou ne jamais en avoir.

Fausse croyance :« On peut acquérir des habiletés et des connaissances à certains jeux et ainsi déjouer le hasard. »

Fait : Vous êtes bluffeur? Vous allez vous amuser. Certains jeux de table, comme le poker et le black jack, comportent une part d’habileté. Le joueur peut acquérir des connaissances sur le jeu, développer des stratégies et apprendre à bluffer. Mais rappelez-vous que même en bluffant, vous ne contrôlez pas le hasard qui, tôt ou tard, déjoue vos plans les plus astucieux.

Les paris sportifs et les courses de chevaux font appel aux connaissances du joueur. Pour parier, il s’appuie sur des renseignements, comme la performance d’un cheval ou d’une équipe. Toutefois, sur le terrain, tout peut arriver et bousiller les probabilités de gagner gros. N’espérez pas vous enrichir grâce à vos connaissances sur votre sport préféré!