Aller au contenu

Vos questions, nos réponses

Vos questions, nos réponses

Vous avez une question sur les jeux de hasard et d’argent?

Posez votre question

 

Les machines à sous et les appareils de loterie vidéo

Michel, de Montréal, demande :

Est-ce que dans les bars les gens peuvent jouer sur deux machines à la fois?

 

Notre réponse :

Bonjour, Michel.

Comme le stipule le point 6 de notre code de commercialisation responsable, cette pratique n’est pas permise.

Si vous êtes témoin d’une situation qui contrevient à ce code, communiquez avec la Société des établissements de jeux du Québec : 1 866 611-LOTO (5686) ou info.loterievideo@loto-quebec.com.

Merci!

Michael, de Montréal, demande :

J'aimerais savoir, si dans les jeux bonis des machines à sous, le montant à gagner est déjà fixé lorsque la ronde bonie s'active. 

 

Notre réponse :

Bonjour, Michael.

Dans certains jeux de machine à sous, le montant du jeu boni est déterminé dès le moment où le jeu boni est enclenché (jeu boni comportant une seule étape). Pour d’autres jeux, notamment ceux dont les jeux bonis sont accessibles après quelques « étapes », le résultat du jeu boni est déterminé au fur et à mesure de la progression de la séquence du jeu.

Cependant, une règle simple est immuable : le résultat de chaque jeu boni est toujours déterminé par le générateur de nombres aléatoires, qui fonctionne en continu et qui assure que les résultats de tous les jeux et de toutes les parties sont déterminés de manière aléatoire (au hasard).

Bonne journée!

Benoît, de Saint-Hubert, demande :

Dans un casino, un administrateur est-il capable de contrôler une ou plusieurs machines à sous à distance, favorisant ou non un client?

 

Notre réponse :

Bonjour, Benoit.

Les machines à sous de nos casinos ne peuvent pas être contrôlées à distance, par quiconque, car elles ne sont reliées à aucun système centralisé. Aucune machine n’est contrôlée à distance, pas même leur mise en marche ou leur arrêt. De plus, chaque machine comporte sa programmation et son générateur de nombres aléatoires (GNA) qui assure que le résultat de chacune des parties jouée est déterminé au hasard. À chaque partie, le résultat est déterminé dès le moment où le joueur appuie sur le bouton JOUER. Et ce résultat s’affiche à l’écran  3 à 4 secondes plus tard, pour laisser place à l’animation. Et, à chaque partie, on recommence à zéro.

Voici une petite vidéo qui permet d’en savoir plus sur le fonctionnement des machines à sous.

Bonne journée!

Stéphane, de Beauceville, demande :

Pourquoi est-ce difficile de trouver les endroits où l'on peut jouer aux loteries vidéo? Sinon, où peut-on voir la liste?

 

Notre réponse :

Bonjour, Stéphane.

On retrouve sur le territoire québécois quelque 12 000 appareils répartis dans environ 2 000 établissements. Il n’existe cependant pas de liste officielle de ces établissements destinée au public.

Bonne journée.

Ruben, de Montréal, demande :

Est-il possible de louer ou d'acheter une machine de loterie vidéo?

 

Notre réponse :

Bonjour, Ruben.

Il n’est pas possible de le faire, non. Seuls les établissements détenteurs d’un permis de bar (octroyé par la Régie des alcools, des courses et des jeux) peuvent demander une licence pour l’exploitation d’un appareil de loterie vidéo (ALV). Selon la loi, la Société des établissements de jeux du Québec peut attribuer des appareils seulement à ces établissements.

Bonne journée!
 

Stephan, de Drummondville, demande :

J'ai cru voir que depuis votre annonce de pertes de revenus, les machines ne paient plus du tout. Je joue au 5 et les tours gratuits sont rares.

 

Notre réponse :

Bonjour, Stephan.

Aucun changement n’a été effectué au taux de retour des appareils de loterie vidéo, qui est fixé à environ 92 %.

Il est important de comprendre que ce sont des jeux de hasard et que l'obtention d'un gain est purement aléatoire. Qu’il s’agisse de jeux de lignes, de jeux de cartes ou de keno, c’est le hasard qui détermine le gain. Chaque partie est indépendante et n’a aucun lien avec la partie précédente ou la partie suivante. D’ailleurs, le taux de retour est établi pour chaque jeu et est obtenu après des millions de parties jouées, en fonction à la fois du hasard des résultats, de la multiplicité des jeux, de la variété des lots et des combinaisons possibles. Nous vous invitons à consulter cette petite vidéo qui explique bien le fonctionnement de ces appareils.

En terminant, il importe de vous préciser que tous les jeux et les appareils de loterie vidéo sont soumis à des contrôles sévères. En effet, ils sont vérifiés et certifiés par un laboratoire privé, le Gaming Laboratories International (GLI), qui s'assure que le fonctionnement des appareils et des jeux repose uniquement sur le hasard et que les appareils sont conformes aux normes et aux lois.

Bonne journée!

Maxime, de Montréal, demande :

Est-ce qu'il y a des limites à autoriser des tenanciers de bar à installer des machines à sous?

 

Notre réponse :

Bonjour, Maxime.

Au Québec, les appareils de loterie vidéo (ALV) sont installés dans les établissements ayant obtenu au préalable un permis de bar, brasserie et taverne et une licence d’exploitation de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), un organisme gouvernemental relevant du ministère de la Sécurité publique, indépendant de Loto-Québec. La RACJ délivre les licences d’exploitation des ALV. Mais c'est à la Société des loteries vidéo du Québec – filiale de Loto-Québec – que revient la décision d’attribuer des ALV à un établissement. Avant toute attribution, elle effectue une évaluation selon des paramètres de gestion stricts qui répondent à une série de critères socioéconomiques précis. Cette évaluation lui permet ainsi d'assurer une répartition géographique équilibrée des appareils de loterie vidéo dans l'ensemble de son réseau.

Au Québec, il y a quelque 12 000 appareils répartis dans environ 2 000 établissements sur le territoire québécois.

Pour plus d'information, consultez le site de la Société des loteries vidéo du Québec.

Pascale, de Montréal, demande :

Il y a plus de machines à poker dans les bars, je trouve. Est-ce vrai? 

Notre réponse :

Bonjour, Pascale.

Non, bien au contraire.

Non seulement les établissements où l’on trouve des appareils de loterie vidéo (ALV) ont diminué de 36 % depuis 2004, mais il y a environ 20 % moins d’ALV qu’à l’époque; de sorte que depuis 2010, nous maintenons notre réseau à un maximum de 12 000 appareils répartis dans environ 2 000 établissements.

Le réseau d’ALV comptait plus de 15 000 appareils en 1999, soit le plus grand nombre jamais atteint. C’est en 2001, à la demande du gouvernement du Québec, que nous avons commencé à réduire le nombre d’ALV. En 2004, nous avons entrepris la reconfiguration du réseau dans le but de réduire considérablement l’accessibilité aux appareils tout en s’assurant d’avoir une répartition géographique adéquate dans l’ensemble du territoire québécois. Au terme de cet exercice en 2009, notre réseau comptait 11 751 ALV répartis dans 1 961 établissements.

Il est important de rappeler qu’au fil du temps, certains endroits de jeu ont moins d’appareils alors que d’autres en ont plus. Votre impression vient peut-être du fait que les endroits que vous avez fréquentés en ont possiblement quelques-uns de plus. Mais globalement, le nombre d’appareils disponibles dans le réseau a diminué, tout comme le nombre d’établissements.

Stéphanie, de Greenfield Park, demande :

Est-ce vrai qu'en casino, les machines à sous aux extrémités des rangées paient plus souvent pour inciter les clients à jouer?

 

Notre réponse :

Bonjour, Stéphanie.

Il s'agit là d’une fausse croyance.

Les machines à sous sont programmées de façon à verser les lots au hasard. Il est donc impossible de déterminer, de contrôler ou de prédire le moment où les lots seront versés, quelle que soit leur position dans les rangées d’un casino à l’autre. Au Québec, les machines à sous des quatre casinos offrent un taux de retour moyen de 92 %.

Chaque appareil est certifié avant sa mise en service par une firme externe. Cette étape permet notamment de vérifier et d'attester que le fonctionnement des appareils repose uniquement sur le hasard et que les appareils sont adéquats.

Ainsi, les résultats étant déterminés par le hasard, les stratégies sont inutiles à ces jeux.

Ben, de Trois-Rivières, demande :

En quelle année les machines à sous privées ont été retirées des bars?

 

Notre réponse :

Bonjour, Ben.

Les corps policiers ont commencé la saisie des appareils de loterie vidéo illégaux dès 1994, après l’adoption d’une loi permettant à la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ)* de révoquer ou de suspendre un permis d’alcool lorsque le détenteur tolère la présence d’alcool de contrebande ou d’appareils illégaux dans son établissement.

À l’époque, la Sûreté du Québec évaluait le nombre d’appareils exploités illégalement sur le territoire entre 25 000 et 45 000. Dans les mois qui ont suivi l’entrée en vigueur de la loi, quelque 4 000 appareils ont ainsi été saisis. Depuis, le nombre d’appareils de loterie vidéo en circulation est d’environ 12 000.

* La RACJ est l’entité gouvernementale qui a compétence sur la vente et la fabrication d’alcool, les courses de chevaux, les jeux – bingo, tirages, concours publicitaires, appareils d’amusement, appareils de loterie vidéo – et les sports de combat professionnels, alors que Loto-Québec est chargée de commercialiser l’offre de jeux de hasard et d’argent.

Bonne journée!

Lia, de Val d'Or, demande :

Est-ce qu'il y a une limite d'ALV déterminée pour chacune des villes du Québec? Si oui, pourquoi certaines villes un ratio très élevé?

 

Notre réponse :

Bonjour, Lia.

Non, il n’y a pas de limite préétablie quant au nombre d’appareils qu’il peut y avoir dans chaque ville mais plutôt des ratios maximums par région administrative au Québec, soit 2 ALV par 1 000 habitants et 2 établissements par 5 000 habitants.

Selon les règles en vigueur, le réseau des loteries vidéo peut déployer un maximum de 12 000 appareils, répartis dans environ 2 000 établissements. Les appareils sont présents dans les établissements ayant obtenu au préalable un permis de bar, brasserie et taverne et une licence d’exploitant d’ALV de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). Au plus, 5 appareils sont attribués par licence. En conséquence, le nombre d’appareils de loterie vidéo (ALV) dans un secteur donné est étroitement lié au nombre de bars et d’établissements avec permis d’alcool, dans ce même secteur. De plus, il faut savoir que certaines municipalités refusent la présence de bars sur leur territoire, ce qui explique pourquoi certaines villes ou quartiers en ont plusieurs et d’autres aucun.

Toutefois, au-delà de la délivrance des permis, c’est à la Société des loteries vidéo du Québec – filiale de Loto-Québec – que revient la décision d’attribuer, ou non, des ALV à un établissement. Cette attribution se fait en fonction de critères socio-économiques et commerciaux précis, notamment, le revenu moyen des ménages du quartier, et le nombre d’appareils et d’établissements par habitant.

Merci de nous avoir écrit.

Dominic, de Trois-Rivières, demande :

Est-ce possible que je remporte plus souvent des gros gains lorsque je mise moins sur des jeux de loterie vidéo?

 

Notre réponse :

Bonjour, Dominic.

Il est impossible de prévoir ou de contrôler le moment où une machine paiera; peu importe le temps passé à y jouer ou le montant d’argent misé, c’est uniquement le hasard qui décide. Le résultat de chaque partie est déterminé au hasard, dès l’instant où le joueur appuie sur le bouton JOUER. Certains joueurs, les chanceux, vont gagner dès leur première partie, alors que d’autres ne gagneront que rarement ou n’encaisseront que des petits gains. Bien sûr, certains joueurs vont gagner le gros lot… Ils sont les plus chanceux.

Lorsqu’on joue aux machines, il est important de toujours se fixer une limite de temps à jouer et d’argent à dépenser, et de ne jamais les dépasser, qu’on gagne ou qu’on perde. Si on continue de jouer quand on se croit chanceux (parce qu’on vient de gagner), ou pour « se refaire » (parce qu’on a perdu de l’argent) on risque fort de perdre encore plus d’argent. Bref, les chances de gagner ou de perdre sont toujours les mêmes… à chaque partie.

Pour en savoir plus sur les limites ou le fonctionnement des machines, nous vous invitons à consulter la section Comprendre le hasard de notre site web, notamment la brochure Les machines ou la vidéo Les machines à sous : ce que chaque joueur doit savoir.

Vous pouvez également consulter le site aidejeu.com.

Bonne journée.

Mamboter, de Montréal, demande :

Je suis barman. Tous les samedis, les clients sortent beaucoup d'argent! Alors comment expliquer qu'il n'y a pas de cycle?

 

Notre réponse :

Bonjour, Mamboter.

Si le samedi est la journée la plus achalandée de votre semaine, il est possible qu’il y ait plus de joueurs que les autres jours et par conséquent plus de parties jouées que les autres jours.

Ainsi, plus des mises sont placées, plus il y a de chances d’obtenir des résultats gagnants. Les clients ont l’impression que les appareils de loterie vidéo sortent plus d’argent, mais, toutes proportions gardées, ce n’est probablement pas le cas.

Il faut se rappeler que la machine n’a pas de mémoire.

Le résultat de chaque partie est indépendant du résultat des parties précédentes ou suivantes. Chaque partie, le générateur de nombres aléatoires sélectionne un résultat (gagnant ou perdant) parmi les milliers de résultats possibles.

Il est possible d’obtenir successivement le gros lot, de n’avoir que quelques petits lots, très espacés, ou que des résultats perdants. Toutefois, on ne peut jamais prévoir le moment où un appareil paiera un lot, qu’il soit petit ou grand; c’est toujours le hasard qui décide.

Merci de votre question.

Joshua, de Montréal, demande :

Si les machines n'ont pas de mémoire, elles pourraient donc faire gagner plusieurs personnes de suite et continuer même sans argent?

 

Notre réponse :

Bonjour, Joshua.

En effet, oui, une même machine (autant une machine à sous qu’un appareil de loteries vidéo) peut verser plusieurs lots gagnants de suite à un même joueur ou à différents joueurs. Ce n’est pas fréquent, mais ce n’est pas non plus un fait isolé. La raison est simple, c’est le hasard qui décide et il peut arriver que des lots gagnants soient sélectionnés l’un à la suite de l’autre.

Aux machines à sous ou aux appareils de loterie vidéo, tous les résultats possibles sont inscrits dans un programme informatique. Au moment où le joueur appuie sur le bouton Jouer, le générateur de nombres aléatoires (une composante du programme) sélectionne, au hasard, une des milliers de combinaisons inscrites dans le programme (gagnante ou perdante).

Il est important de se rappeler que le résultat de chaque partie est indépendant du résultat des parties précédentes ou suivantes : la machine n’a pas de mémoire. À chaque partie, on « recommence à zéro ». Il est donc possible d’obtenir successivement deux lots gagnants, ou d’avoir des lots gagnants très espacés. Et, bien sûr, il y a plus de lots perdants inscrits dans la programmation que de lots gagnants. Il faut donc s’attendre à perdre.

Enfin, une machine n’est jamais « sans argent ». Toutes les machines émettent des coupons que le client encaisse, au moment où il le souhaite.

Pour en savoir plus le fonctionnement des machines, nous vous invitons à consulter la brochure Les machines [PDF] ou notre vidéo Les machines à sous : ce que chaque joueur doit savoir.

Merci de nous avoir écrit.

Simon, de Montréal, demande :

Pourquoi on n'indique pas les chances de gagner aux joueurs sur les machines de loterie vidéo (exemple : 1 chance sur 25 000 de gagner le gros lot)?

 

Notre réponse :

Bonjour, Simon.

Aux appareils de loterie vidéo, il y a plusieurs façons de gagner un même montant, contrairement aux loteries traditionnelles où, pour gagner le gros lot, il faut nécessairement détenir, dans une seule et même sélection, les six numéros de la sélection gagnante. Par exemple, au Lotto 6/49, on a 1 chance sur 13 983 816 de gagner le gros lot avec l'achat d'une sélection (49 numéros et des combinaisons de 6 chiffres = (49x48x47x46x45x44) / (6x5x4x3x2x1)).

Aux jeux de loterie vidéo, la valeur du gain dépend de trois facteurs : les combinaisons aléatoires obtenues lors d'une partie, le nombre de crédits misés et le nombre de lignes jouées. De plus, à ces jeux, les probabilités de gagner sont basées sur une simulation de plusieurs millions de parties jouées.

Ainsi, à la loterie vidéo, on parle d'un taux de retour moyen plutôt que de chances de gagner. Depuis l'installation des appareils de loterie vidéo, le taux de retour a toujours été supérieur à la norme de 83 % établie par la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Aux machines à sous et aux appareils de loterie vidéo, rien ne peut augmenter les chances de gagner. C'est toujours le hasard qui décide.

Merci de votre question.

Kim, de Montmagny, demande :

Une barmaid peut-elle jouer sur les machines de loterie vidéo qu'il y a au bar où elle travaille quand elle y vient en tant que cliente?

 

Notre réponse :

Bonjour, Kim.

En vertu de l’article 77.0.1 de la Loi sur les permis d'alcool : « Il est interdit, dans un établissement où est exploité un appareil de loterie vidéo, au titulaire du permis, son conjoint, ses enfants, à la personne chargée d'administrer l'établissement, aux membres du personnel ainsi qu'à toute personne qui participe à un spectacle dans l'établissement de jouer ou d'inciter un client à jouer avec cet appareil. »

De plus, le détaillant de loterie vidéo doit respecter l'article 15 de notre code de commercialisation responsable.

Merci de votre question.

Marci, de Toronto, demande :

Est-il vrai que nous avons plus de chances d’être foudroyé que de gagner le gros lot d’une machine à sous?

 

Notre réponse

Bonjour, Marci.

Tout dépend de la machine à laquelle on joue, de son gain maximum et du type de mise effectuée; tout comme il est plus facile de se faire frapper par la foudre lors d’un orage sur un terrain de golf qu’assis dans son salon.

Illustrons le tout plus concrètement. D’abord, selon la National Lightning Safety Institute, le risque de se faire frapper par la foudre est de 1 sur 280 000. Prenons maintenant deux jeux.

Le fabriquant d’une machine à sous à 5 rouleaux vidéo indique que la probabilité d’obtenir le gros lot est de 1 sur 11 746 560, pour un montant maximum de 125 000 pièces en ayant misé 20 pièces sur chacune des 50 lignes (1 000 pièces). Conséquemment, dans cet exemple précis, vous avez en effet plus de risque de vous faire foudroyer que de gagner le gros lot.

Par contre, sur une machine à 3 rouleaux, le fabriquant indique que le jackpot de 800 pièces est de 8 sur 32 768 parties (environ 1 chance sur 4 096) en ayant misé 3 pièces. Avec cette machine, la possibilité de gagner le gros lot est plus grande que de se faire foudroyer.

Autrement dit, la réponse à votre question est : ça dépend!

Simon, de Montréal, demande :

Jusqu'à combien peut-on perdre dans une machine? 2 000 $? Plus?

 

Notre réponse :

Bonjour, Simon.

Dans la majorité des jeux de hasard et d'argent, il n'y a pas de limite au montant total que vous décidez de jouer et risquez de perdre.

La participation aux jeux de hasard et d’argent est une activité qui comporte des risques. Il est important de se fixer des limites afin d'éviter de perdre le contrôle de vos habitudes de jeu.

Un joueur averti se fixe des limites d’argent, de durée et de fréquence et, surtout, il les respecte. Ces limites varient selon chaque joueur. Elles devraient tenir compte de la situation personnelle et financière de chacun.

Pour découvrir quelques stratégies qui pourraient limiter les risques de perdre le contrôle sur vos habitudes de jeu, consultez notre page Trucs pour garder l'équilibre sur notre site internet.

Merci de votre question.

Louise, de Gatineau, demande :

Pourquoi, depuis qu'il y a les nouvelles machines de vidéo poker dans les restos-bars, le gain est presque impossible?

 

Notre réponse :

Bonjour, Louise.

À la loterie vidéo, la valeur du gain dépend de trois facteurs : les combinaisons aléatoires obtenues lors d'une partie, le nombre de crédits misés et le nombre de lignes jouées. De plus, les probabilités de gagner aux jeux de loterie vidéo sont basées sur une simulation de plusieurs millions de parties jouées.

Qu'il s'agisse des anciens appareils ou de ceux de la nouvelle génération, le taux de retour moyen offert aux joueurs est demeuré le même, à environ 92 %. Il est établi pour chaque jeu et est obtenu après des millions de parties jouées, en tenant compte à la fois du hasard des résultats, de la multiplicité des jeux, de la variété des lots et des combinaisons possibles.

Aux appareils de loterie vidéo, les anciens et la nouvelle génération, les gains sont imprévisibles. Tous les résultats sont déterminés par le hasard, même quand le joueur peut faire un choix, comme le nombre de lignes sur lesquelles miser.

Pour en apprendre davantage sur le fonctionnement des appareils de loteries vidéo, nous vous invitons à visionner les vidéos de notre site Web.

Merci de votre question.

Julie, de Mascouche, demande :

Lors d'un gain aux loteries vidéo, est-ce qu'on gagne un montant fixe ou un pourcentage de la mise?

 

Notre réponse :

Bonjour, Julie.

À la loterie vidéo, la valeur du gain dépend de trois facteurs : les combinaisons aléatoires obtenues lors d'une partie, le nombre de crédits misés et le nombre de lignes jouées. De plus, les probabilités de gagner aux jeux de loterie vidéo sont basées sur une simulation de plusieurs millions de parties jouées.

Le taux de retour moyen aux joueurs est d'environ 92 %. Il est établi pour chaque jeu et est obtenu après des millions de parties jouées en tenant compte à la fois du hasard des résultats, de la multiplicité des jeux, de la variété des lotes et des combinaisons possibles.

Aucun gain dans un appareil de loterie vidéo n'est prévisible. Tous les résultats sont déterminés par le hasard, même quand le joueur peut faire un choix.

Pour en apprendre davantage sur le fonctionnement des appareils de loteries vidéos, nous vous invitons à consulter les vidéos de notre site Web.

Merci de votre question.

Jean-François, de Gatineau, demande :

Quel est le ratio gain/perte d'une machine de poker?

 

Notre réponse :

Bonjour, Jean-François.

Pour les différents jeux de poker en casino, les taux de retour théoriques se situent entre 97 % et 98,3 %.

Merci!

Alex, de Montréal, demande :

Lorsque je veux doubler la mise que je viens de gagner en choisissant une couleur est-ce que peu importe ce que je fais c'est déjà décidé?

 

Notre réponse :

Bonjour, Alex.

Chaque appareil possède une puce électronique. C'est cette puce qui détermine aléatoirement si la carte est rouge ou noire, et ce, avant que le joueur fasse sa sélection.

Aux machines à sous et aux appareils de loterie vidéo, rien ne peut augmenter les chances de gagner. C'est toujours le hasard qui décide.

Merci d'avoir pris le temps de nous écrire.

JF, de Montréal, demande :

Est-il vrai que les machines à sous seront munies d'un terminal pour cartes de crédit et de débit?

 

Notre réponse :

Bonjour, JF.

Non c’est faux. Tout comme nos appareils actuels, les nouveaux appareils ne seront pas munis d’un terminal pour cartes de crédit et de débit.

Merci de votre question.

Autres jeux

Catherine, de Saint-Hyacinthe, demande :

Si je vis une situation de chance dans ma vie, est-ce que j'ai plus de probabilités de gagner à la loterie?

 

Notre réponse :

Bonjour, Catherine.

Vivre une situation de chance est certes fort agréable, mais cela n’influence en rien ses chances de gagner à la loterie. Aux jeux de loterie, seul le hasard décide du résultat. Il n’y a aucune façon de prédire le hasard ni de le contrôler.

Claudio, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, demande :

Pourquoi Loto-Québec dit : « UN JEU DOIT RESTER UN JEU » et elle fait un gratteux à 100 $? N’est-ce pas contradictoire?

 

Notre réponse :

Le prix d’un billet de loterie ainsi que le montant d’argent consacré à l’achat de billets de loterie ne sont pas un indice de jeu problématique en soi. Par exemple, des joueurs pourraient décider d’acheter en groupe un billet de loterie, ceci faisant diminuer le montant dépensé par personne. Également, le seuil de tolérance et de risque varie d’un joueur à l’autre. Ce qui est important dans tous les cas, c’est de ne jamais jouer plus d’argent qu’on peut se permettre de perdre. Seule une partie de votre budget de divertissement devrait être consacrée aux jeux de hasard et d’argent.

Bonne journée!

Mélanie, de Laval, demande :

Est-ce vrai qu'au Québec, il y a des casinos plus payants pour les joueurs que d'autres?

 

Notre réponse :

Bonjour, Mélanie.

Au Québec, il n’y a pas de casino plus payant qu’un autre. Les machines à sous des quatre casinos offrent un taux de retour moyen de 92 %.

De plus, les machines à sous sont programmées de façon à verser les lots au hasard. Il est donc impossible de déterminer, de contrôler ou de prédire le moment où les lots seront versés.

Les résultats étant déterminés par le hasard, les stratégies sont inutiles à ces jeux.

J-François, de Montréal, demande :

Est-ce que les probabilités de gagner aux jeux de table sont modifiées par le montant parié ou par l'historique de gain du joueur?

 

Notre réponse :

Bonjour.

Aux jeux de table, le montant de la mise ou l’historique du joueur n’influence aucunement les chances de gagner.

Les probabilités de gains varient en fonction du jeu.

Merci de votre question.

Claudia, de La Tuque, demande :

Bonjour, Est-ce un mythe ou une réalité : lorsqu'un nouveau « gratteux » sort, il y a plus de billets gagnants au début pour attirer les gens?

 

Notre réponse :

Bonjour, Claudia.

C’est un mythe. Les lots (et les gros lots) sont tous disponibles au moment de la mise en marché des nouveaux produits. À l’opposé, quand le billet est en vente depuis un certain temps, il se peut qu’au moment de l'acheter, certains lots (et gros lots) aient été réclamés. Ça peut donner l’illusion qu’il y a moins de gagnants, mais les chances de gagner restent exactement les mêmes.

Vous pouvez consulter l’état de réclamation des lots des billets à gratter.

Bonne journée!

Youssef, de Montréal, demande :

Est-ce qu’on peut jouer au Lotto Max ou au Lotto 6/49 même avec l’autoexclusion du casino?

 

Notre réponse :

Les clients autoexclus des établissements de jeux de Loto-Québec peuvent toujours acheter des produits de loterie chez les détaillants. Cependant, les loteries sont une forme de jeu de hasard comme toutes les autres, et s’y adonner peut comporter des risques pour un joueur en perte de contrôle. Lorsqu’un joueur décide de s’autoexclure, c’est que le jeu occupe une trop grande place dans sa vie. Il est donc préférable de prendre une pause du jeu, sous toutes ses formes.

Si vous êtes préoccupé par vos habitudes de jeu ou celles d’un proche, vous pouvez communiquer avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140.

Maryse, de Valleyfield, demande :

Est-ce légal de nous offrir des billets de loterie quand on paie à la caisse chez Jean Coutu?

 

Notre réponse :

Bonjour, Maryse.

Les détaillants peuvent, par initiative personnelle, offrir à leurs clients d’acheter des billets de loterie (à condition que ces clients soient adultes). Cette façon de faire relève de leur gestion interne. Loto-Québec ne leur demande pas d’en proposer lorsque les clients paient d’autres types d’achats.

Bonne journée!

Sandra, de Montréal, demande :

Est-ce qu’acheter un livret de gratteux au complet (environ 200 $) augmente nos chances de toucher le gros lot?

 

Notre réponse :

Bonjour, Sandra.

Lorsque vous achetez un livret de billets, vos chances de gagner ne sont pas liées au fait que les billets sont tous tirés du même livret.

Par exemple, si vous achetez un livret de 50 billets, vos chances de gagner sont exactement les mêmes que si vous achetiez, dans un même point de vente ou non, 50 billets indépendants.

La majorité des livrets contiennent 50 billets, dans le cas des billets qui coûtent de 3 $ à 5 $.

Si vous achetez 1  billet Cadeau surprise, vous avez 1 chance sur 1 000 000 de toucher le gros lot.
Si vous achetez 2 billets Cadeau surprise, vous avez 2 chances sur 1 000 000 de toucher le gros lot.

Donc, si vous achetez 1 livret de 50 billets Cadeau surprise, vous avez 50 chances sur 1 000 000 de toucher le gros lot.

Nous espérons que ceci répond bien à votre question.

Sylvie, de Joliette, demande :

À Banco Turbo, avez-vous oublié d'inclure les boules 5 et 10? Elles ne sortent pas depuis très longtemps.

 

Notre réponse :

Bonjour, Sylvie.

Voici pourquoi les multiplicateurs Turbo 5 et 10 ne sortent pas souvent : comme tous les autres jeux de loterie, les chances de gagner de chaque multiplicateur ont été établies en fonction d’une structure de lots (voici d’ailleurs celle du Turbo).
Pour illustrer ce principe, prenons l’exemple d’un tirage par boulier. Imaginons que ce boulier contient 100 vraies boules. Au total, il y aurait : 1 boule avec le multiplicateur x 10; 2 boules avec le multiplicateur x 5; 10 boules avec le multiplicateur x 4; 27 boules avec le multiplicateur x 3 (approximativement); 34 boules avec le multiplicateur x 2 (approximativement); 26 boules avec le multiplicateur x 1 (approximativement). Voilà pourquoi les multiplicateurs 5 et 10 sortent mois souvent que les autres. Remarquez aussi que vous avez plus de chances que votre lot soit multiplié par 2 ou 3 que par 1.

Bonne journée!

Marc Antoine, de Montréal, demande :

Il y a des dépanneurs qui refusent de venDre des billets de loterie la nuit. Est-ce vrai qu’il y a des heures où il est illégal d’en vendre? Quand?

 

Notre réponse :

Bonjour, Marc Antoine.

Les terminaux de Loto-Québec sont fermés de minuit à 5 h. Les détaillants ne peuvent donc pas vendre de billets provenant du terminal durant cette période, et aucune validation n’est possible.

En ce qui concerne la vente de billets à gratter, c’est un droit de gérance, qui relève donc du commerçant.

Bonne journée!

Ginette, de Laval, demande :

Ce n'est pas du hasard, les gains, c'est juste vous qui en décidez…

 

Notre réponse :

Bonjour, Ginette.

Savez-vous que toutes nos loteries mobilisent une équipe spécialisée de vérificateurs externes qui s’assurent que toutes les étapes d'un tirage s'effectuent conformément aux règles établies? Ces vérificateurs externes (ce ne sont pas des employés de Loto-Québec) sont les yeux du public sur les lieux du déroulement des tirages.

Par ailleurs, les boules utilisées lors des tirages se font peser au Centre de recherche industrielle du Québec, à Montréal.

Il s’agit là de deux précautions parmi plusieurs garantissant aux consommateurs que le tirage des numéros gagnants est le fruit du hasard et du hasard seul.

Si, malgré tout, vous avez encore des doutes, savez-vous qu'il est possible d'assister à l'un de nos tirages en studio? Pour ce faire, communiquez avec nous en indiquant que vous désirez assister à un tirage. Nous serons heureux de vous accueillir et de vous montrer comment les tirages sont effectués.

Voici nos coordonnées :
Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30 (sauf les jours fériés)
Sans frais : 1 866 611-LOTO (5686)

N'hésitez pas. Bonne journée!

Denyse, de Montréal, demande :

Est-ce vrai qu'acheter pour 50 $ par semaine de billets de loterie fait de moi un joueur compulsif?

 

Notre réponse :

Bonjour, Denyse.

Le montant d’argent hebdomadaire consacré à l’achat de billets de loterie n’est pas un indice de jeu problématique en soi. Cela fait cependant partie de l’équation.

Il est important de ne jamais miser aux jeux de hasard et d’argent (billets de loterie, jeux de casino ou autres) l’argent que l’on ne peut pas se permettre de perdre, c’est-à-dire l’argent nécessaire pour couvrir les frais de logement, de transport, de nourriture et d’autres biens essentiels. Seule une partie de votre budget de divertissement devrait être consacrée aux jeux de hasard et d’argent. Si vos revenus ne vous permettent pas de consacrer une somme à vos loisirs et à vos divertissements, vous ne devriez pas jouer.

Ressentir le besoin d’acheter des billets de loterie ou vivre ou faire vivre à des membres de son entourage des conséquences négatives liées à ses habitudes de jeu peuvent être des signes d’une perte de contrôle. Si vous croyez être dans cette situation, peu importe le montant d’argent que vous dépensez à la loterie ou à toute autre forme de jeux de hasard et d’argent, nous vous invitons à communiquer avec un intervenant de Jeu : aide et référence en visitant aidejeu.com ou en téléphonant au 1 800 461-0140.

Il sera en mesure de bien vous conseiller.

Si vous avez d’autres questions ou commentaires, n’hésitez pas à nous écrire de nouveau.

Benoit, de Saint-Hubert, demande :

Le poker comporte de la stratégie et du hasard. Quelles en sont les proportions? Peut-on espérer gagner au poker en jouant bien?

 

Notre réponse :

Bonjour, Benoit.

Vous avez raison, le poker est un jeu dont le résultat résulte d’une combinaison de hasard et d’habiletés ou de stratégie. Malheureusement, il n’est pas possible d’établir quelle proportion est attribuable au hasard et quelle autre est attribuable à la stratégie du joueur.

Au poker, à la différence des autres jeux de hasard et d’argent, on joue contre d’autres joueurs et non contre la maison. Il est donc possible d’espérer faire des gains à long terme. Si certains joueurs de poker arrivent à empocher des gains au poker et à faire des « profits » (gagner plus qu’ils dépensent), la majorité y joue sans jamais faire d’argent. Ils s’amusent et se divertissent mais ne font pas d’argent. Si vous décidez de jouer au poker dans le seul but de faire de l’argent il est fort probable que vous soyez déçu. Si vous, comme joueur, vous jouez bien, il y a toujours d’autres joueurs autour de la table qui jouent aussi bien, voire mieux… Ne l’oubliez jamais.

Voici, en terminant, une petite vidéo sur le poker et sur ses caractéristiques dont il faut se méfier.

Merci de nous avoir écrit.

Marie, de Québec, demande :

Quelles sont les probabilités (%) de gagner à la loterie au Lotto 6/49 et au Québec Max? A-t-on plus de chance de gagner au Québec Max qu’au Lotto 6/49?

 

Notre réponse :

Bonjour, Marie.

Les probabilités de gagner le gros lot au Lotto 6/49 sont de 1 sur 13 983 816. Au Québec Max, elles sont de 1 sur 28 633 528.

Vous trouverez sur notre site Loteries le détail complet des structures de lots et des chances de gagner et le fonctionnement des tirages pour des produits comme le Lotto 6/49 et le Québec Max.

Merci de votre question.

Claude, d'Acton Vale, demande :

Pourquoi les résultats du lotto max ne sort pas tout de suite apres le tirage, ca laisse penser que c'est arrangé?

 

Notre réponse :

Bonjour, Claude.

Au Lotto Max, lorsqu'il y a des Maxmillions, la Société de la loterie interprovinciale (SLI) procède aux tirages en deux phases. La première étant la sélection gagnante du Lotto Max, suivi des Maxmillions (il y en avait deux lors du dernier tirage). Par la suite, nous devons connaître la provenance des gagnants avant la diffusion. Ces vérifications demandent un délai supplémentaire. Nous devons diffuser les résultats avec les Maxmillions et la provenance des billets gagnants, notamment afin d’éviter que les consommateurs ne jettent leur billet après avoir vérifié uniquement la combinaison gagnante du Lotto Max.

Par ailleurs, vous pouvez voir le tirage sur notre zone vidéo et ainsi constater que rien n’est truqué.

Bonne journée!

Victor, de Québec, demande :

Au Lotto 6/49 utiliser la même combinaison de chiffres est-il plus chanceux qu'une mise au hasard?

 

Notre réponse :

Bonjour, Victor.

Que vous choisissiez vos numéros ou preniez une sélection automatique, vos chances de gagner sont les mêmes, et ce, d’un tirage à l’autre. Par exemple, au Lotto 6/49, on a 1 chance sur 13 983 816 de gagner le gros lot avec l'achat d'une sélection. Voici le calcul qui illustre cette probabilité : 49 numéros et des combinaisons de 6 chiffres = (49x48x47x46x45x44) / (6x5x4x3x2x1).

Ainsi, chaque tirage est indépendant du précédent. Et malgré que nous ayons l’impression d’avoir plus de contrôle en choisissant ses propres numéros, c’est toujours le hasard qui décide des numéros gagnants.

Merci de votre question.

Jean, de Québec, demande :

Au poker en ligne sur Espacejeux.com, est-ce que, à chaque instant, les cartes qui restent dans le deck sont équiprobables?

 

Notre réponse :

Bonjour, Jean.

Sur Espacejeux.com, à chaque nouvelle partie de poker (main), les cartes (deck) sont battues, ce qui assure une distribution uniforme des probabilités. Les événements (les cartes dans le paquet) sont équiprobables.

Merci de votre question.

Denis, de Val-d'Or, demande :

J’ai acheté 500 $ de gratteux et j’ai gagné 2 $. Vous avez fait un profit de 498 $. Comment appelez-vous ça?

 

Notre réponse :

Bonjour, Denis.

Aux loteries, comme à presque tous les jeux de hasard et d’argent, il est impossible de prévoir ou de contrôler le résultat de la partie ou du jeu, peu importe le temps passé à jouer ou le montant d’argent misé. C’est uniquement le hasard qui décide. Certains joueurs peuvent gagner le gros lot à l’achat d’un seul billet, alors que d’autres ne gagneront que rarement, n’encaisseront que des petits gains ou ne gagneront jamais. C’est uniquement une question de hasard.

Loto-Québec indique sur son site Loteries les chances approximatives de gagner un lot, les chances approximatives de gagner le gros lot et le taux de remise de chacun de ses jeux. Les mêmes informations sont écrites au verso des billets. En moyenne, Loto-Québec redonne aux joueurs, sous forme de lots de divers montants, environ 60 % de l’argent misé sur l’ensemble de ses loteries à gratter.

Par ailleurs, lorsqu’on joue, il est important de toujours se fixer une limite d’argent à dépenser, et de temps passé à jouer et ne jamais les dépasser, peu importe que l’on gagne ou que l’on perde. Si on continue de jouer, quand on se croit chanceux (parce qu’on vient de gagner) ou pour « se refaire » (parce qu’on a perdu de l’argent), on risque fort de perdre encore plus d’argent.

Aux jeux de hasard et d’argent, une perte financière est inévitable pour ceux qui jouent régulièrement ou excessivement. On peut espérer gagner, mais il faut s’attendre à perdre.

Enfin, si vous êtes préoccupé par vos habitudes de jeu ou celles d’un proche, vous pouvez obtenir de l’information, des conseils ou de l’aide en communiquant avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140 ou aidejeu.com. Ce service est confidentiel, anonyme, gratuit, bilingue et disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, partout au Québec.

Si vous avez d’autres questions ou commentaires, n’hésitez pas à nous écrire à nouveau.

Merci.

Michėle, de Cap-Rouge, demande :

Pourquoi en jeux fictif je gagne plus facilement que quand je joue réellement?

 

Notre réponse :

Bonjour, Michèle.

Pour certains jeux disponibles sur Espacejeux.com, tels que les machine à sous, la roulette ou le black jack, vous pouvez jouer avec de l’argent fictif.

Toutefois, pour tous les jeux en ligne d’Espacejeux.com, les règles du jeu sont les mêmes que si vous jouez avec de l’argent fictif et de l’argent réel.

Aux jeux en ligne (machines à sous, roulette ou poker) comme aux jeux en salle, le résultat de chaque partie est déterminé, en totalité ou en partie, par le hasard.

Aux jeux de hasard pur, comme les jeux de machines à sous ou de roulette, tous les résultats possibles sont inscrits dans un programme informatique. Au moment où le joueur appuie sur le bouton Jouer, le générateur de nombres aléatoires sélectionne, au hasard, une des milliers de combinaisons inscrites dans le programme (gagnantes ou perdantes). Il en est de même pour les jeux avec de l’argent fictif.

Comme les jeux en salle, les jeux en ligne ont aussi un taux de retour qui se calcule pour l’ensemble des mises faites par l’ensemble des joueurs sur des milliers de parties. Le taux de retour, c’est la probabilité de chacune des combinaisons multipliées par la valeur des lots qui y sont associés. Aussi, il est important de se rappeler que le résultat de chaque partie est indépendant du résultat des parties précédentes ou suivantes. Il est donc possible d’obtenir successivement un gros lot, ou de n’avoir que quelques petits lots, très espacés. La machine n’a pas de mémoire, et le générateur de nombres aléatoires produit une combinaison à chaque partie. De plus, pour chaque jeu en ligne (sauf le poker), le taux de retour moyen est affiché sur Espacejeux.com.

Que ce soit avec de l’argent réel ou fictif, au final, les machines ne décident rien, elles ne font que gérer les règles établies pour chaque jeu, et ce, dans les limites du hasard.

Nous vous remercions de votre question.

Mario, de Laval, demande :

Comment pouvez-vous parler de hasard quand, dans les jeux en ligne, ce sont des logiciel qui décident du pourcentage de retour de gain?

 

Notre réponse :

Bonjour, Mario.

Aux jeux en ligne (machines à sous, roulette ou poker) comme aux jeux en salle, le résultat de chaque partie est déterminé, en totalité ou en partie, par le hasard.

Aux jeux de hasard pur, comme les jeux de machines à sous ou de roulette, tous les résultats possibles sont inscrits dans un programme informatique. Au moment où le joueur appuie sur le bouton Jouer, le générateur de nombres aléatoires sélectionne, au hasard, une des milliers de combinaisons inscrites dans le programme (gagnantes ou perdantes).

Comme les jeux en salle, les jeux en ligne ont aussi un taux de retour qui se calcule pour l’ensemble des mises faites par l’ensemble des joueurs sur des milliers de parties. Le taux de retour, c’est la probabilité de chacune des combinaisons multipliées par la valeur des lots qui y sont associés. Aussi, il est important de se rappeler que le résultat de chaque partie est indépendant du résultat des parties précédentes ou suivantes. Il est donc possible d’obtenir successivement un gros lot, ou de n’avoir que quelques petits lots, très espacés. La machine n’a pas de mémoire, et le générateur de nombres aléatoires produit une combinaison à chaque partie. De plus, pour chaque jeu en ligne (sauf le poker), le taux de retour moyen est affiché sur Espacejeux.com.

Au poker Texas Hold’em, il n’y a pas de taux de retour inscrit puisque les joueurs ne jouent pas contre la maison, mais bien contre les autres joueurs qui jouent aussi en ligne à la même partie. Une commission est plutôt perçue. Cependant, la distribution des cartes (52 cartes) est faite au hasard, et chaque partie est indépendante des parties précédentes ou suivantes. Les 52 cartes sont réutilisées à chaque nouvelle partie.

Au final, les machines ne décident rien. Elles ne font que gérer les règles établies pour chaque jeu, et ce, dans les limites du hasard.

Réglementation

Ginette, de Laval, demande :

Vous êtes incroyables. C’est vous les gagnants, pas nous... Il faut ôter ça, ces jeux-là, qui appauvrissent les gens.

 

Notre réponse :

Bonjour, Ginette.

Comme toute entreprise commerciale qui se respecte, Loto-Québec doit faire des profits, c’est vrai. Dans le cas qui nous concerne, c’est d’autant plus important : si Loto-Québec n’en fait pas, c’est toute la société québécoise qui en sort perdante, car, faut-il le rappeler, la totalité des profits de Loto-Québec (un peu plus d’un milliard de dollars l’an passé) est remise au gouvernement du Québec et sert à financer les grandes missions de l’État (éducation, santé, infrastructures, etc.).Quant au bien-fondé de l’existence de Loto-Québec, que vous semblez remettre en question, il faut se rappeler le contexte avant sa création : le jeu existait – même s’il était illégal –, mais les profits allaient dans les poches d’organisations illicites dont les préoccupations, vous pensez bien, étaient très éloignées du bien-être de la population…

Bonne journée!

Jacques, de Montréal, demande :

J’aimerais que Loto-Québec réglemente les sites de loteries déguisés, comme celui-ci : dibili.ca/fr/.

 

Notre réponse :

Bonjour, Jacques.

Loto-Québec n’a aucune autorité sur ce genre de site. En fait, il n’est pas dans son mandat de légiférer sur quoi que ce soit. C’est plutôt la Régie des alcools, des courses et des jeux qui pourrait répondre à votre demande. Voici d’ailleurs le lien vers son site Web : racj.gouv.qc.ca/.

Bonne journée!

Ginette, de Beloeil, demande :

Est-ce que les étrangers peuvent jouer aux jeux de Loto-Québec?

 

Notre réponse :

Oui, les étrangers peuvent jouer à nos jeux de loterie ainsi qu’aux jeux de nos casinos, salons de jeux, salles Kinzo et autres (pour peu qu’ils aient 18 ans ou plus). Dans le cas où un joueur étranger gagne un lot, il peut encaisser son gain sans aucun problème s’il le dépose directement dans un compte bancaire au Québec ou ailleurs au Canada. Si le gagnant dépose son chèque dans un compte situé dans un autre pays que le Canada, ce sont les lois de cet endroit qui s’appliquent, y compris les lois fiscales.

Cependant, pour jouer en ligne sur Espacejeux.com, les joueurs doivent être résidents du Québec et se trouver sur le territoire québécois au moment de jouer.

Bonne journée!

Niki, de Rivière-du-Loup, demande :

Est-ce vrai que les enfants n’ont pas le droit de se trouver dans la partie d’un restaurant où il y a des loteries?

 

Notre réponse :

Bonjour, Niki.

La section où se trouvent des appareils de loterie vidéo doit avoir un permis de bar (et non seulement un permis de restaurant). Conséquemment, toute personne désirant y accéder doit avoir 18 ans ou plus.

Bonne journée.

Luc, de Oka, demande :

Un enfant de 12 ans peut-il acheter un billet du Lotto 6/49?

 

Notre réponse :

Bonjour, Luc.

Depuis février 2000, il est formellement interdit par la loi de vendre des produits de loterie aux mineurs. Cette loi a pour but de diminuer les risques de dépendance au jeu chez les mineurs.

De plus, Loto-Québec a pour politique de ne pas remettre de lot à des personnes âgées de moins de 18 ans. Tout lot gagné par un mineur doit être payé au tuteur de ce dernier. Loto-Québec se réserve le droit de suspendre le paiement du lot jusqu’à ce que la preuve de la nomination du tuteur lui soit communiquée. La Société conserve donc le lot gagné pour la période nécessaire à la nomination d’un tuteur, le cas échéant.

Lorsqu’un billet est signé par un mineur et un adulte, les mêmes règles s’appliquent. La portion du lot remportée par l’adulte est remise à ce dernier, tandis que celle du mineur est retenue.

Par ailleurs, nous indiquons dans toutes nos publicités et sur tous nos produits que ceux-ci s’adressent exclusivement aux adultes.
Le logo « 18+ » est aussi affiché chez tous les détaillants de produits de loterie, sur les présentoirs de billets, sur les sites Web de Loto-Québec de même que sur l'écran de vente et de validation du terminal de jeu des détaillants, à titre de rappel.

Finalement, le message « La vente de billets de loterie aux mineurs est interdite par la loi » apparaît sur les fiches de sélection et les billets de loterie, tandis que le message « La loi interdit la vente de loterie aux mineurs » apparaît sur les afficheurs-consommateurs des détaillants.

Vous pouvez consulter le Code de conduite des détaillants de loterie (qui comprend les mesures correctives appliquées en cas de manquement à la loi).

Bonne journée!

Bruno, d'Asbestos, demande :

Loto-Québec profite des personnes à faibles revenus, surtout celles qui jouent aux machines à sous dans les bars. Quand le gouvernement va-t-il réagir?

 

Notre réponse :

Bonjour, Bruno.

Votre préoccupation envers les joueurs à faibles revenus est noble. Nous tenons cependant à vous expliquer la raison pour laquelle Loto-Québec, par l’entremise de sa filiale, la Société des établissements de jeux du Québec (SEJQ), continue d’exploiter un réseau d’appareils de loterie vidéo (ALV).

Il faut se rappeler la situation au Québec en 1993, lorsque le gouvernement a mandaté Loto-Québec pour l’intégration du marché des ALV. Selon la Sûreté du Québec, le nombre d’appareils exploités illégalement sur le territoire se situait entre 25 000 et 45 000. Ces appareils illégaux profitaient au crime organisé, dont les préoccupations sont évidemment très éloignées des intérêts de la collectivité.


En 2003, grâce à la SLVQ, le nombre d’ALV n’était plus que de 14 300, répartis sur 3 663 sites. Depuis, le nombre d’établissements exploitant ces appareils a diminué de 36 % (particulièrement dans les quartiers fragiles) et le nombre d’ALV est passé à 12 000.

Désormais limité aux établissements licenciés ayant un espace réservé aux 18 ans et plus, le réseau d’ALV de la SEJQ permet en outre d’assurer l’intégrité des jeux de loterie vidéo. Bref, pour enrayer la prolifération de réseaux et d’appareils illégaux, la SEJQ se doit de maintenir un réseau d’ALV qui assure une couverture géographique adéquate et suffisamment importante, donc équilibrée, du territoire québécois.

Mais au-delà de ces raisons, il est primordial pour nous de mettre à la disposition de nos joueurs des outils leur permettant d’adopter de saines habitudes de jeu. C’est la raison même de ce site, pour ne nommer que cet exemple. Par ailleurs, si les habitudes de jeu d’un joueur vous préoccupent, n’hésitez pas à lui communiquer les coordonnées de Jeu : aide et référence. Ce service téléphonique gratuit, anonyme et confidentiel est disponible jour et nuit. Les intervenants peuvent vous offrir du soutien, de l’écoute et vous guider vers les ressources d’aide les plus près de chez vous. Vous pouvez les joindre au 1 800 461-0140 ou à aidejeu.com.

Mélanie, de Mirabel, demande :

J'aimerais savoir si les moitié-moitié sont légaux en entreprise et si ce jeu peut entraîner une perte de contrôle.

 

Notre réponse :

Bonjour, Mélanie.

Concernant la légalité des moitié-moitié, nous vous invitons à communiquer avec la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec, qui a notamment pour but d’encadrer et de surveiller les activités du secteur des jeux, en écrivant à l’adresse suivante : racj.qc@racj.gouv.qc.ca.

Quant aux risques liés au tirage de type moitié-moitié, il faut savoir que la participation à un tirage, peu importe sa forme, peut comporter des risques si la personne qui y participe mise plus d’argent qu’elle peut se le permettre, si elle y participe de manière excessive ou si sa participation entraîne des conséquences négatives.

Il est important de s’établir une limite d’argent à respecter. Ne pariez que l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. Ne dépensez au jeu qu’une portion de l’argent réservé à votre budget de divertissement. N’utilisez jamais l’argent réservé à vos besoins essentiels comme le loyer, la nourriture, les comptes, le transport, les frais de scolarité, etc.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à communiquer avec le service Jeu : aide et référence en visitant aidejeu.com ou en composant le 1 800 461-0140.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de nous écrire.

Yvon, de Montréal, demande :

Pourquoi ne pas offrir l'autoexlusion dans les bars comme vous l'offrez dans les casions? Comme il y des bars partout, le problème est pire.

 

Notre réponse :

Bonjour, Yvon.

Le programme d’autoexclusion n’est pas disponible dans les bars parce que nous ne sommes pas propriétaires de ces établissements. Il nous est donc impossible de vérifier l’identité des joueurs dans chaque lieu.

Dans nos casinos et nos salons de jeux ainsi que sur Espacejeux.com, nous sommes en mesure de mettre en place des programmes d’autoexclusion et de gérer notamment les entrées avec les systèmes de surveillance et la formation donnée au personnel de sécurité pour traiter ce genre de situation.

Par contre, la situation est plus complexe dans les bars qui possèdent des appareils de loterie vidéo, étant donné que nous ne sommes pas propriétaires de ces établissements; par conséquent, il nous est impossible de mettre en place un système d’autoexclusion qui assurerait le repérage de clients qui ne respecteraient pas leur engagement.

Pour pallier cette situation, une formation est donnée aux propriétaires de bar et à leurs employés, ce qui leur permet de diriger les clients vers les bonnes ressources. Par ailleurs, chaque appareil affiche le numéro de la ligne d’aide, soit le 1 866 767-5389, accessible 24 heures sur 24 . Si un joueur souhaite parler de ses habitudes de jeu, un conseiller sera en mesure de l’accompagner. Des dépliants de sensibilisation sont aussi à proximité des appareils.

Le joueur peut également consulter le site aidejeu.com.

Merci de votre question.

Jeu problématique et aide

Ahmed, de Montréal, demande :

À partir de quel montant jouer au casino devient maladif?

 

Notre réponse :

Bonjour, Ahmed.

La participation au jeu devient problématique dès que le joueur mise plus d’argent qu’il peut se permettre de perdre et que cela entraine des conséquences négatives pour lui-même ou pour des proches, que ce soit sur les plans personnel (santé psychologique ou physique), familial (disputes, négligence, abus), financier (pertes, dettes, emprunts) ou professionnel (absentéisme, perte d’emploi ou de revenus).

On dit du joueur pathologique probable qu’il a perdu le contrôle de ses habitudes de jeu. Lui et son entourage vivent des conséquences négatives graves dans plusieurs sphères de leur vie, voire dans toutes les sphères.

Marcel, de Montréal, demande :

Tous les jeux n'ont pas la même addiction (par exemple, machine à sous et gratteux). Quels sont les plus risqués et pourquoi ne pas les interdire?

 

Notre réponse :

Bonjour, Marcel.

En effet, les risques associés à la participation aux jeux de hasard et d'argent varient d'une forme de jeu à l'autre.

Pour ce qui est d'interdire les machines, notre mission est de gérer l'offre de jeux de hasard et d'argent de façon responsable en favorisant l'ordre, la mesure et l'intérêt de la collectivité québécoise. Ainsi, en limitant les machines aux établissements licenciés ayant un espace réservé aux 18 ans et plus, Loto-Québec permet, en outre, d'assurer l'intégrité des jeux de loterie vidéo.

Pour enrayer la prolifération de réseaux et d'appareils illégaux, nous devons maintenir un nombre de machines qui assure une couverture géographique adéquate et suffisamment importante, donc équilibrée, du territoire québécois. Si les machines étaient retirées du marché étatisé, elles réapparaitraient dans le réseau clandestin sans que l'on puisse attester de leur intégrité et, surtout, sans que des mesures de dépistage et d’aide ne soient disponibles.

Pour plus de renseignements sur les mesures mises en place, vous pouvez consulter la page Programmes et mesures de notre site web. Merci de votre question.

Ginette, de Montréal, demande :

À peine 3 % de vos profits, qui se comptent en milliards de dollars, sont investis dans la lutte contre le jeu pathologique. Qui décide de ce taux et pourquoi est-ce si faible?

 

Notre réponse :

Bonjour, Ginette.

Les sommes investies dans la promotion du jeu responsable découlent d’une entente intervenue en 2001 entre le ministère des Finances, Loto-Québec, le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). L’entente en question a permis de mettre en place un programme d’aide aux joueurs pathologiques et à leur entourage. Un montant de 22 millions de dollars est versé annuellement au MSSS, qui a reçu le mandat de rendre disponible une gamme de services en lien avec le jeu pathologique, allant de la prévention au traitement, en passant par la recherche et l’évaluation. Ces services sont disponibles dans les 16 régions du Québec. Les sommes versées annuellement financent ainsi l’ensemble des services requis. Loto-Québec met également en place des programmes et des mesures pour informer et sensibiliser les joueurs à l’adoption d’habitudes de jeu à faible risque, en plus des mesures en établissement pour soutenir les joueurs en perte de contrôle.

Par ailleurs, il faut savoir que, selon l’enquête ENHJEU-Québec – réalisée auprès de 12 000 personnes en 2012 et mise à jour en 2014 –, le taux de joueurs à risque modéré se situe à 1,4 % et le taux de joueurs pathologiques probables est de 0,4 %. Ces données confirment les résultats d’autres études réalisées en 1996 et en 2002, démontrant que ce taux est stable depuis des années.

En terminant, la totalité des profits de Loto-Québec (un peu plus de 1 milliard de dollars l’an passé) est remise au gouvernement du Québec, permettant à ce dernier de mener à bien ses grandes missions (éducation, santé, infrastructures, etc.).

Bonne journée!

Valérie, de Montréal, demande :

Que sont les impacts des jeux de hasard sur les jeunes enfants?

 

Notre réponse :

Bonjour, Valérie.

De nombreuses recherches menées auprès de plusieurs populations d’adultes et de mineurs démontrent un lien entre l’âge d’initiation aux jeux de hasard et d’argent et le risque d’éprouver un problème de jeu : plus on commence à jouer tôt, plus le risque d’être aux prises avec un problème de jeu est grand. Aussi, selon une enquête menée auprès d’élèves québécois du secondaire (Institut de la statistique du Québec, 2008), environ 36 % des élèves ont joué à un jeu de hasard et d’argent au moins 1 fois entre 2007 et 2008, et ils y ont été initiés vers l’âge de 11 ans.

Selon cette même enquête, environ 30 % des élèves sont des joueurs occasionnels et 6 % jouent régulièrement. Près de 2 % des élèves québécois sont des joueurs pathologiques probables (c’est-à-dire qu’ils ont perdu le contrôle de leurs habitudes de jeu et vivent plusieurs conséquences négatives importantes liées à celles-ci) et 4 % sont des joueurs à risque de le devenir (ils sont occasionnellement en perte de contrôle de leurs habitudes de jeu et ont commencé à subir une ou quelques conséquences importantes liées à celles-ci).

Les jeunes ne comprennent pas toujours ou comprennent mal les concepts de hasard, de chance et de probabilités. Ils peuvent associer le résultat d’un jeu à des qualités personnelles ou à des habiletés, alors que le hasard détermine en totalité, ou en grande partie, le résultat de la quasi-totalité des jeux de hasard et d’argent. Ces gratifications immédiates vont mener certains jeunes vers une participation de plus en plus grande, qui entraînera une perte de contrôle et des conséquences négatives. Parmi celles-ci, on note la diminution du rendement scolaire, l’abandon des études et les conflits familiaux.

Le rôle des parents et des adultes est déterminant dans la perception qu’ont les jeunes des jeux de hasard et d’argent et leur participation à ceux-ci. Il en va de même pour la prévention du jeu problématique. Là aussi, les choix, les valeurs et surtout les comportements des adultes exercent une grande influence sur ceux des jeunes.

Si les habitudes de jeu de votre enfant ou d’un proche vous préoccupent, vous pouvez communiquer avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140. Ce service est confidentiel, anonyme et offert en tout temps.

Vous pouvez aussi visiter le site jeuchezlesjeunes.com pour plus de renseignements.

Jacques de Montréal demande :

N’est-ce pas hypocrite de dépenser 30 fois plus en pubs qu'en campagnes de sensibilisation sachant les risques de dépendances ? Ça contredit. Merci!

 

Notre réponse :

Bonjour, Jacques.

Merci pour votre question.

Nous voulons que les gens qui jouent soient le mieux outillés possible afin qu’ils fassent des choix éclairés, et qu’ils établissent et respectent des limites de temps et d’argent afin d’éviter les pertes de contrôle. Le jeu responsable est une préoccupation importante pour Loto-Québec. Nous posons des gestes concrets pour que le jeu reste un jeu.

Loto-Québec a deux mandats, l’un commercial, qui est d’engendrer des bénéfices au profit du gouvernement, et l’autre sociétal, qui vise à limiter les conséquences négatives liées à la participation aux jeux de hasard et d’argent. Nous travaillons chaque jour à concilier ces mandats qui sont complémentaires.

Bonne journée.

Benoit, de Saint-Hubert, demande :

J'ai pu constater que quand je me sens down, les jeux de hasard sont toujours mauvais, toujours! Est-ce un mythe ou une réalité? Explication?

 

Notre réponse :

Bonjour, Benoit.

Le hasard reste le hasard, indépendamment de nos humeurs. Cependant, l’humeur peut avoir une influence sur la façon dont on perçoit la réalité. En effet, lorsqu’on ne se sent pas bien, on a souvent tendance à percevoir la réalité en noir. Mais, encore une fois, cela n’a aucune incidence sur le résultat des jeux de hasard.

Bonne journée!

Lysandre, de Montréal, demande :

Est-ce qu’il existe une fondation Loto-Québec qui vient en aide aux joueurs pathologiques? Merci!

 

Notre réponse :

Bonjour, Lysandre.

Il n’existe pas de fondation Loto-Québec. Cependant, la Société consacre annuellement d’importantes sommes à la lutte contre le jeu excessif : 27,1 millions de dollars l’an dernier seulement. De cette somme, une partie (environ 22 millions de dollars) est versée au ministère de la Santé et des Services sociaux et soutient financièrement certains organismes venant en aide aux personnes aux prises avec des problèmes de jeu. Par ailleurs, Loto-Québec met également sur pied une série d’initiatives faisant la promotion du jeu responsable. Ce site Web est un exemple parmi d’autres.

Merci.

Pascale, de Gatineau, demande :

Combien faites-vous en profit chaque année sur le dos des joueurs compulsifs? Quelle aide ou contribution offrez-vous aux organismes et aux personnes?

 

Notre réponse :

Bonjour, Pascale.

Comme vous le savez sans doute, Loto-Québec remet la totalité de ses profits au gouvernement, qui s’en sert pour financer ses grandes missions (éducation, santé, infrastructures, etc). L’an dernier, cette somme était légèrement supérieure à un milliard de dollars.

La Société verse annuellement 22 M$ au ministère de la Santé et des Services sociaux. Ces sommes sont redistribuées en recherche, en prévention et en traitement, notamment aux centres de réadaptation en dépendance qui offrent, partout au Québec, des programmes efficaces et gratuits, tant aux joueurs qu’aux membres de leur entourage. De plus, en 2013-2014, environ 4 M$ ont été consacrés à la réalisation de programmes liés à la promotion du jeu responsable ainsi qu’à la mise en place et à l’amélioration continue d’outils au sein même des opérations et des établissements de jeu de Loto-Québec, par exemple, les centres du hasard et le programme d’autoexclusion.

Enfin, selon les données de l’enquête ENJHEU, menée par une chercheuse de l’Université Concordia, en 2012, près de 2 % des adultes québécois rapportent être aux prises avec un problème de jeu, soit 1,4 % de joueurs à risque et 0,4 % de joueurs pathologiques probables, ce qui représente environ 120 000 personnes adultes. Selon la même étude, près de 66 % des adultes du Québec ont rapporté avoir joué au moins une fois entre 2011 et 2012.

En espérant que ceci réponde à votre question.

Margarete, de Québec, demande :

Quelles sont les facteurs les plus importants pour qu'un joueur à risque décide à changer son comportement?

 

Notre réponse :

Bonjour, Margarete.

D’abord, il faut savoir qu’un joueur à risque est un joueur qui dit perdre parfois le contrôle de ses habitudes de jeu, ce qui entraine une ou quelques conséquences négatives sur les plans personnel, familial ou professionnel.

Le joueur pathologique, quant à lui, a complètement perdu le contrôle de ses habitudes de jeu. Il a besoin de jouer. Il vit alors de nombreuses conséquences négatives dans tous les aspects de sa vie, sur les plans personnel, familial, social ou professionnel. Cela peut même affecter sa santé.

Pour qu’un joueur problématique (à risque ou pathologique) puisse changer ses habitudes de jeu, il faut d’abord qu’il reconnaisse que sa participation est excessive et qu’elle entraine des conséquences négatives, tant pour lui que pour les membres de son entourage. Il doit ensuite être prêt à revoir sa participation, soit en établissant des limites de jeu et en les respectant rigoureusement (temps, argent), soit en mettant fin à sa participation, si le respect de ces limites s’avère difficile. Le contrôle sur les habitudes de jeu est un moyen de limiter sa participation. Certains y arrivent seuls, bien que la plupart ont besoin d’une aide extérieure, un proche et fréquemment un intervenant. Il faut également que le joueur soit prêt à parler de sa participation et des conséquences qu’elle entraine, sans mentir ou sans en diminuer l’importance.

Si vous êtes préoccupé par vos habitudes de jeu ou celles d’un proche, vous pouvez obtenir de l’information, des conseils ou de l’aide à aidejeu.com ou en communiquant avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140. Cette ligne téléphonique d'aide et de référence est confidentielle, gratuite, bilingue et disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, partout au Québec.

Merci d’avoir pris le temps de nous écrire.

Jean-Luc, de Rosemère, demande :

Quoi faire pour m'exclure pour toujours?

 

Notre réponse :

Bonjour, Jean-Luc.

Le programme d'autoexclusion n’offre pas une durée à vie. Il propose une durée maximale de 5 ans pour plusieurs raisons, notamment pour mettre à jour les informations du participant et pour avoir une photo récente.

Ainsi, la durée de l’autoexclusion est de 3 mois à 5 ans. Six mois avant la fin du contrat, vous pouvez vous présenter dans l'un de nos établissements, par exemple notre siège social ou un casino, afin de signer de nouveau le contrat d'autoexclusion. Ce service est aussi disponible dans certains centres d'aide.

Il est important de noter qu'il existe deux options au contrat d'autoexclusion, soit un contrat avec conseiller à l'autoexclusion ou un contrat sans conseiller. Advenant que le client choisisse le contrat avec conseiller, ce dernier communique avec le client environ trois mois avant la fin du contrat d'autoexclusion pour fixer une rencontre. Au cours de cette même rencontre, le client qui le souhaite peut signer un nouveau contrat.

Pour en savoir davantage sur le programme d'autoexclusion, vous pouvez consulter la page Programme d'autoexclusion.

Merci de votre question.

 

Nicole, de Sherbrooke, demande :

Quelles sont les principales causes de jeu de hasard excessif?

 

Notre réponse :

Bonjour, Nicole.

Le développement d’un problème de jeu résulte de l’interaction entre un individu (traits de personnalité, antécédents familiaux, historique de jeu, etc.), un produit (caractéristiques et fonctionnement) et un contexte (notamment, l’accessibilité des produits de jeu et l’acceptation sociale).

Ces trois éléments sont indissociables. C’est la raison pour laquelle parmi les joueurs, certains vont perdre le contrôle sur leurs habitudes de jeu alors que d’autres, exposés aux mêmes produits, non.

Merci de votre question et bonne journée.

Simon, de Montréal, demande :

Est-ce que le jeu peut devenir une dépendance physique, tout comme la drogue?

 

Notre réponse :

Bonjour.

Selon l’état actuel des connaissances, la plupart des spécialistes en la matière sont d’avis que lorsqu’une personne devient un joueur pathologique, la dépendance aux jeux de hasard et d’argent constitue une dépendance psychologique qui peut comporter plusieurs similarités avec une dépendance physique.

On peut observer notamment une tolérance (besoin de miser plus pour obtenir le niveau d’excitation recherché), une difficulté ou une incapacité à mettre fin à sa participation même si on le souhaite, de même que des problèmes de santé qui peuvent être reliés au problème de dépendance (maux de tête, anxiété, symptômes dépressifs).

Pour en savoir plus sur les risques associés au jeu, nous vous invitons à communiquer avec le service Jeu : aide et référence en visitant aidejeu.com ou en composant le 1 800 461-0140.

Merci d’avoir pris le temps de nous écrire.

Simon, de Québec, demande :

Est-ce que je peux annuler mon autoexclusion?

 

Notre réponse :

Bonjour, Simon.

Il est malheureusement impossible de modifier le contrat d’autoexclusion avant la date écrite sur ce dernier. Comme il est stipulé lors de la signature, le contrat est irrévocable.

Si vous avez besoin d’autres informations, de conseils ou même d’aide, je vous invite à communiquer avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140 ou à aidejeu.com. Ce service d’aide et de référence est confidentiel, gratuit, bilingue et disponible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, partout au Québec.

Mike, de Montréal, demande :

Quel est le pourcentage approximatif de la population qui est prise avec un problème de jeu?

 

Notre réponse :

Bonjour, Mike.

Selon une enquête publiée en 2010, il y aurait 2 % de joueurs problématiques parmi la population adulte du Québec (environ 120 000 Québécois), soit 1,3 % de joueurs à risque modéré de développer des problèmes de jeu et 0,7 % de joueurs pathologiques probables.

Si le pourcentage de joueurs aux prises avec des problèmes de jeu est relativement faible, ça ne veut pas dire que le problème ne nous préoccupe pas. Au contraire!

Depuis 2002, Loto-Québec a consacré plus de 240 M$ aux programmes d’aide aux joueurs excessifs. Loto-Québec verse aussi annuellement plus de 30 M$ pour la réalisation de programmes liés à la promotion du jeu responsable ainsi que pour la mise en place et l’amélioration continue d’outils de prévention au sein même des opérations de jeu de Loto-Québec. De ce montant, 22 M$ sont versés au ministère de la Santé et des Services sociaux pour mettre en place des programmes de prévention en matière de jeu problématique et offrir aux joueurs problématiques des traitements efficaces et gratuits en centres de réadaptation, dans les CLSC et autres établissements, à l’échelle du Québec.

Merci de votre question.

Stefany, de Montréal, demande :

Combien le gouvernement du Québec a-t-il investi dans le programme Mise sur toi?

 

Notre réponse :

Bonjour, Stefany.

Avant tout, il faut savoir que c'est Loto-Québec et non le gouvernement qui a contribué financièrement au cours des dernières années à l’organisme Mise sur toi.

Lorsque nous nous référons à nos rapports annuels, nous sommes en mesure de constater qu'au cours des trois dernières années Loto Québec a versé un total de 17,8 millions de dollars à l’organisme Mise sur toi, soit :

  • 5,3 millions de dollars en 2011-2012;
  • 6,1 millions de dollars en 2010-2011;
  • 6,4 millions de dollars en 2009-2010.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les investissements de Loto-Québec, vous pouvez consulter nos rapports annuels des dernières années disponibles sur notre site Web.

Robert, de Beloeil, demande :

À partir de quel moment est-on considéré comme un joueur pathologique?

 

Notre réponse :

Bonjour, Robert.

Les habitudes de jeu problématiques se développent lorsqu’une personne continue de jouer et de parier malgré le fait qu’elle vit des conséquences négatives liées au jeu. Ces habitudes compromettent, perturbent ou entravent son épanouissement personnel, familial, social, ou professionnel.

Voici deux catégories de joueurs aux prises avec des habitudes de jeu problématiques :

Un joueur à risque modéré de développer un problème de jeu :

  • est occasionnellement en perte de contrôle de ses habitudes de jeu;
  • a commencé à subir une ou quelques conséquences importantes liées à ses habitudes de jeu. 

Le joueur pathologique probable :

  • a perdu le contrôle de ses habitudes de jeu;
  • vit plusieurs conséquences négatives importantes liées à ses habitudes de jeu. 

Pour en savoir plus, nous vous invitons à contacter un intervenant de Jeu  : aide et référence au 1 800 461-0140 ou à visiter le site aidejeu.com.

Marcel, de Montréal, demande :

Certains jeux (ALV) semblent plus addictifs que d'autres (gratteux). Avez-vous des études à ce sujet et des actions ciblées?

 

Notre réponse :

Bonjour, Marcel.

En effet, les risques associés à la participation aux jeux de hasard et d’argent varient d’une forme de jeu à l’autre.

Des études, dont celle menée en 2009 sur les comportements de jeu des adultes québécois, montrent que les joueurs d’appareils de loterie vidéo (ALV) et de jeux en ligne sont proportionnellement plus nombreux parmi les joueurs problématiques (joueurs à risque et joueurs pathologiques probables inclus).

D'autres études, tant au Québec qu’à l’international, ont observé la présence de problèmes de jeu au sein de diverses populations et les risques inhérents aux divers produits de jeu.

Pour accéder aux recherches menées au Québec sur la problématique des jeux de hasard et d’argent, nous vous invitons à communiquer avec le Fonds de recherche du Québec –
Société et culture
au 514 873-1298 ou en ligne sur leur site Web.

Afin de favoriser l'adoption d’habitudes de jeu à faible risque chez les joueurs, la Société des loteries vidéo du Québec (SLVQ) a mis en place diverses mesures et actions :

  • Diverses fonctionnalités sont intégrées aux ALV, notamment le choix d’une durée de jeu déterminée par le joueur au début de la séance de jeu (15, 30, 45 ou 60 minutes), un menu explicatif qui traite du hasard, la banque du joueur affichée en dollars ou en crédits afin que les joueurs puissent mesurer l’ampleur véritable de leurs gains ou de leurs pertes;
  • Une formation obligatoire pour tous les employés des établissements offrant des ALV;
  • Le numéro de la ligne téléphonique Jeu : aide et référence affichée sur la partie supérieure de la machine.

Pour plus de renseignements sur les mesures mises en place, vous pouvez consulter la page sur nos mesures de notre site Web.

Merci d’avoir pris le temps de nous écrire.

Autres

Mélissa, de Québec, demande :

Combien d’argent dépense Loto-Québec en publicité, non seulement préventive mais aussi incitative, par année?

 

Notre réponse :

Bonjour, Mélissa.

Du 1er avril 2014 au 31 mars 2015, Loto-Québec a consacré 1,3 million de dollars à sa campagne de sensibilisation Décider. Pour la même période, 46,6 millions de dollars ont été consacrés pour la promotion et la publicité des divers produits, notamment 31,6 millions de dollars pour les loteries et 12,7 millions de dollars pour les quatre casinos du Québec.

Annie, de Montréal, demande :

Depuis la loi sur le développement durable de 2006, qu’est-ce que Loto-Québec fait concrètement pour être plus responsable?

 

Notre réponse :

Bonjour, Annie.

Loto-Québec a adopté une politique sur le développement durable en 2006. Ses plus récentes actions à ce sujet sont listées dans la section Suivi des actions du plan d’action de développement durable 2013-2015 de son rapport annuel (pages 83 à 97).

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à Loto-Québec.

François demande :

Combien investissez-vous en publicité versus en prévention?

 

Notre réponse :

Bonjour, François.

Du 1er avril 2012 au 31 mars 2013, Loto‑Québec a consacré 30,3 millions de dollars en sensibilisation et en prévention du jeu problématique. Les sommes versées ont été réparties comme suit : 22 M$ au ministère de la Santé et des Services sociaux, 5,3 M$ à la Vice‑présidence au jeu responsable et 3 M$ à la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Pendant la même période, 43 millions ont été consacrés à la promotion et à la publicité des divers produits, notamment 29,3 M$ pour les loteries et 13,7 M$ pour les quatre casinos de la province.

Merci de nous avoir écrit.

Zachary, de Valleyfield, demande :

Quelles sont les inconvénients et les avantages de jouer?

 

Notre réponse :

Bonjour, Zachary.

Les jeux de hasard et d’argent sont, pour la majorité des adultes québécois, un divertissement qui implique la mise d’une somme d’argent ou d’un bien à une activité dont le résultat est fondé, en totalité ou en partie, sur le hasard, et où il y a un risque de perdre sa mise.

La plupart des gens qui s’y adonnent le font pour se divertir et parce qu’ils espèrent gagner, évidemment.

Au chapitre des inconvénients figure le grand risque de perdre sa mise. De plus, si un joueur joue de manière excessive ou qu’il perd le contrôle de ses habitudes de jeu, il vivra inévitablement des inconvénients, voire des conséquences négatives, notamment en ce qui concerne le temps passé à jouer et les sommes misées… Ses proches pourraient en vivre aussi.

Un joueur averti se fixe des limites d’argent, de durée et de fréquence, et, surtout, il les respecte. Ces limites varient selon chaque joueur, et elles devraient tenir compte de la situation personnelle et financière de chacun.

Merci de votre question.

Bertrand, de Montréal, demande :

Quels sont les actions et l’argent investis par le gouvernement relativement aux loteries et aux jeux?

 

Notre réponse

Nous supposons que vous faites référence aux problèmes liés à une participation excessive aux jeux de hasard et d’argent. Le gouvernement du Québec reçoit annuellement 22 millions de dollars de Loto-Québec. Ces sommes sont réinvesties en recherche sur la participation au jeu et sur le jeu problématique, en traitements offerts aux joueurs et aux membres de leur entourage ainsi qu’en prévention.

Au-delà des chiffres, Loto-Québec met en place divers programmes et mesures pour sensibiliser les joueurs à l’adoption d’habitudes de jeu à faible risque, en plus des mesures en établissement pour soutenir les joueurs en perte de contrôle.

Jean, de Québec, demande :

Quelles sont les autres plateformes où on peut questionner la commercialisation des produits de Loto-Québec?

 

Notre réponse :

Bonjour, Jean.

Sur notre site corporatif, vous retrouverez une liste de l’ensemble des plateformes 2.0 sur lesquelles nous sommes présents. En vous connectant à ces plateformes, vous pourrez en apprendre davantage sur l’ensemble de nos activités.

Merci de votre question et bonne journée.

Armando, de Montréal, demande :

Mon fil joue au poker au service de garde du camp de jour. Est-ce correct, ça?

 

Notre réponse :

Bonjour,

D’entrée de jeu, mentionnons que nous ne connaissons pas le contexte dans lequel l’activité a été organisée ni la façon dont cette activité s’est réellement déroulée; nous présumons donc qu’il n’y a pas eu de mises en argent. Il n’en demeure pas moins que le poker est un jeu de cartes symboliquement associé à l’argent, au prestige et à la reconnaissance sociale, tant chez les enfants que chez les adultes.

Nous sommes d’avis que d’y faire participer de jeunes enfants, dans un contexte de camp, n’est pas une activité recommandée. Il est important que la pratique d’une telle activité n’implique pas de jeunes enfants et, pour les plus âgés, qu’elle soit encadrée et supervisée par des adultes, préférablement les parents, qui connaissent bien leurs enfants et leur personnalité.

Les enfants n’ont pas la maturité cognitive pour bien comprendre les notions de probabilités, de hasard et de chance. De plus, les enfants, particulièrement les plus jeunes, pourraient ne pas voir la différence entre le fait de jouer au poker avec ou sans argent; pour eux, dans un cas comme dans l’autre, c’est un jeu.

Enfin, il est important de mentionner qu’une initiation précoce aux jeux de hasard et d’argent augmente le risque d’être aux prises avec un problème de jeu à l’âge adulte.
Le rôle des parents et des adultes est déterminant dans la perception qu’ont les jeunes des jeux de hasard et d’argent ainsi que dans leur participation à ceux-ci. Il en va de même pour la prévention du jeu problématique : les choix, les valeurs et surtout les comportements des adultes exercent une grande influence sur les jeunes.

Si les habitudes de jeu de votre enfant ou d’un proche vous préoccupent, vous pouvez communiquer avec Jeu : aide et référence au 1 800 461-0140. Ce service est confidentiel, anonyme et offert en tout temps.

Vous pouvez aussi visiter le site jeuchezlesjeunes.com pour plus de renseignements.